La police emmène Bree dans la maison de George. Elle entre donc avec élégance et grâce et fait bien attention à ce que personne sache ce qu'elle pense. Elle fait comme si elle ne savait rien lorsque les inspecteurs lui annoncent que George est mort.
Bree: - Oh. Eh bien... c'était très aimable à vous de me le dire en personne.
Détective Barton lui indique qu'il y a autre chose. Il montre à Bree des sous-vêtements à elle que George gardait dans une pièce remplie d'objets rappelant Bree. C'est alors qu'elle voit des policiers embarquer une poupée taille réelle habillée et coiffée comme elle!
Bree: - Est-ce que c'est censé être moi?? Qu'est-ce que George pouvait bien faire avec une poupée à taille humaine?
Tous les policiers baissent la tête. Bree comprend et émet un regard de répulsion. La police va devoir emmener la poupée pour la garder comme preuve. Bree quitte la maison la tête haute, tenant à garder sa dignité alors que les policiers arrivent derrière elle avec la poupée la représentant sous le regard des voisins alentours.

Mary-Alice: - C'est une histoire vieille comme le monde: le retour du fils prodigue (Zach marche dans Wisteria Lane) Et peu importe le nombre de fois que c'est répété (Paul sort chercher son courrier et découvre Zach) ou à quel point les détails peuvent varier, ou que les noms peuvent changer, l'histoire se finit toujours de la même manière. (Paul et Zach se courent dans les bras l'un de l'autre).

Zach mange un morceau chez son père et lui indique être revenu en pensant que Paul serait rentré également. Il indique ensuite à son père que Mrs Tilman lui a dit que sa vraie mère était une junkie de l'Utah et lui demande alors où est son père. Paul ment en répondant qu'il ne sait pas, que ça pourrait être n'importe qui.

Alors que Mike vient apporter un produit d'entretien à Betty, Edie vient à leur rencontre pour leur montrer le journal du jour sur lequel la photo de Caleb est publiée après son arrestation. Betty, soucieuse, demande s'ils ont mit son nom. Mais la police ne sait toujours pas son identité et il a été placé dans un hôpital psychiatrique. Après le départ de Mike et Edie, Matthew demande à sa mère ce qu'ils doivent faire. Betty lui répond qu'ils vont évidemment devoir aller le chercher.

Dans un bureau, deux hommes sont déterminés à aller chercher Caleb. L'un d'eux, Curt Monroe prépare son sac et son arme à feu ainsi que ses menottes. Il compte bien se rendre à Fairview pendant quelques jours. Son collègue ou ami lui conseille d'être prudent, que l'homme est dangereux. Mais Curt est sûr de pouvoir le maîtriser.

Bree annonce à Lynette, Gabrielle et Susan que George a empoisonné Rex. Elle souhaitait les mettre au courant avant qu'elles ne le découvrent en lisant les journaux.
Gabrielle: - J'espère que ce monstre a souffert!
Bree voit une voiture arriver. Andrew rentre du camp Hennessy. Lynette lui demande si Andrew sait. Bree est angoissée à l'idée de lui révéler la vérité.

Plus tard, Bree a enfin dit ce qu'il s'est passé à Andrew, que George empoisonnait son père à petit feu. Andrew veut comprendre pourquoi il a fait ça. Bree lui indique que George voulait tuer Rex pour que Bree puisse l'épouser.
Andrew: - Mon père a été tué à cause de toi. Alors ne me dis plus jamais ce que je dois faire! Tu as fais rentré ce malade dans notre maison. Tu l'as amené à notre table. 
Bree: - George a trompé énormément de monde.
Andrew: - Moi il m'a pas eu !
Bree: - Je me hais pour ce qu'il s'est passé.
Andrew: - Au fait, je vais appeler mon ami Justin pour qu'il vienne passer la nuit ce soir.
Bree: - Justin? C'est un ami à toi de l'école? de l'église? quel genre d'ami est-il?
Andrew: - Du genre très bon...
Bree est pétrifiée.

Addison vient rendre visite à Susan, folle de joie. Mais Addison est venu à contre-coeur. Il avait peur que Susan le fasse chanter s'il ne venait pas. Après avoir prit le café, Susan lui montre des photos d'elle petite. Mais ça ne passionne pas énormément Addison qui lui demande s'ils ont fini et s'il peut partir.
Addison: - Qu'est-ce que tu veux de moi Susan?
Susan: - Je voudrais qu'on partage un peu plus que de l'ADN. Construire une relation avec vous.

Au bureau, Lynette indique à son patron que depuis qu'il a licencié du personnel, ils n'ont plus une seule seconde à accorder à leurs enfants et lui soumet l'idée d'ouvrir une garderie dans l'entreprise. Mais il faut au minimum 16 enfants. Avec le nouveau-né d'Ed ça fait 16 mais il indique que sa femme n'acceptera jamais de laisser leur bébé à la garderie. Lynette est prête à parler à sa femme. Ed est sûr qu'elle ne la convaincra jamais. Il lui promet plus de pouvoir dans la société si elle y parvient.

Gabrielle entre furieuse dans l'église et hurle après Soeur Mary-Bernard.
Gabrielle: - Vous!!! Que diable avez-vous fait à mon mari??
Mary-Bernard: - Pas si fort, Gabrielle, nous sommes dans la maison de Dieu.
Gabrielle: -Où est-il?
Mary-Bernard: - Partout évidemment.
Gabrielle: - Pas Dieu! Mon mari.
C'est alors que Carlos débarque d'une autre pièce de l'église. Gabrielle veut savoir ce qu'il fait là alors qu'il devait la retrouver au spa. Carlos a préféré aider Mary-Bernard pour la fondation pour venir en aide aux sans-abris.
Gabrielle: - C'est ça ton excuse? On devait se faire masser côte à côte. J'avais réservé des semaines à l'avance!
Carlos: - Ok tu as loupé un massage, c'est malheureux, mais il y a des gens qui sont en train de mourir au Barzwana!
Gabrielle: - Des gens vont mourir dans cette église si tu retires pas cet air condescendant de ton visage!
Gabrielle demande à Soeur Mary-Bernard d'aller plus loin afin qu'elle puisse parler seule avec son mari. Elle indique alors à Carlos qu'ils sont supposés travailler sur leur mariage et que Mary-Bernard veut les séparer, ce que Carlos trouve ridicule.
Gabrielle: - Elle porte peut-être la robe et le chapelet mais à la fin de la journée, elle reste une femme comme moi. Et je sais de quoi je suis capable!
Furieux, Carlos préfère partir que de continuer à écouter sa femme. Alors que Gabrielle s'apprête à quitter l'église, Soeur Mary la provoque une fois de plus.
Mary-Bernard: - Vous allez l'air tendue, Gabrielle. Vous devriez songer à aller vous faire masser.

Susan est folle de joie de recevoir un appel d'Addison, son père biologique, mais elle l'est moins lorsque celui-ci lui demande de venir payer sa caution au poste de police. Celui-ci a été arrêté pour avoir sollicité une prostituée. Susan lui fait la morale, lui demandant pourquoi il n'est pas rentré chez lui faire l'amour à sa femme. Addison indique que sa femme a 68 ans, et qu'ils ne font plus rien depuis longtemps. Puis elle le ramène chez lui. addison veut savoir s'ils ont terminé leur truc "père/fille", mais Susan lui donne un nouveau rendez-vous. Dans une autre voiture un peu plus loin, la femme d'Addison les observe et doit surement penser que Susan est la maitresse d'Addison. Elle note alors la plaque d'immatriculation.

A l'église, Mary-Bernard présente son projet d'aide pour le Bostwana. Gabrielle est présente afin de surveiller Carlos. Un projet de voyage pour aller directement aider les enfants pauvres est prévu. Mais l'eglise n'a pas assez d'argent pour faire partir les bénévoles. Le père Crowley dit à Gabrielle que Mary-Bernard était déçue de ne pas pouvoir y aller. Evidemment, cela éveille les intérêts de Gabi
Père Crowley: - Soeur Mary part toujours pour plusieurs mois, mais comme on n'a pas assez d'argent, elle restera ici.
Gabrielle: - Vous avez besoin de combien, mon père?
Le père Crowley fait alors une annonce officielle comme quoi il a reçu un don de 8000 dollars. Soeurs Mary et Greta pourront donc partir au Bostwana. Mary comprend alors qu'il s'agit d'un don de Gabrielle

Au bureau, Fran, la femme d'Ed Ferrara, vient voir Lynette au sujet de la garderie d'entreprise qu'elle souhaîte monter. Mais Fran est difficile à convaincre car elle adore rester à la maison pour s'occuper de sa fille.
Fran: - Je chérie chaque moment passé avec elle.
Lynette se rend compte que Fran et elle ont une vision absolument différente de la maternité. Alors qu'elle s'apprête à partie, Fran lui pose une question très délicate:
Fran: - Lynette, pourquoi vouloir des enfants si vous ne voulez pas les élever? Je ne comprends pas les femmes qui veulent des enfants et qui les laissent dans les mains de baby-sitters!

Alors que Miss Frome promène son chat en laisse (!!!), elle s'arrête devant le garage de Susan sur lequel le mot "Pute" a été tagué. Susan la salue, toute guillerette. Mais son humeur change totalement lorsqu'elle se retourne et découvre le tag sur la porte de son garage. Plus tard, Addison vient constater que c'est l'écriture de sa femme Carol. Susan lui demande de lui dire la vérité sur leur lien de parenté. C'est alors qu'Edie s'arrête en voiture, constatant à son tour le tag.
Susan: - Salut Edie. Tu voudrais ajouter quelque chose?
Edie: - Non. Je crois que tout est dit !

En rentrant chez elle, Gabrielle a la désagréable surprise de découvrir Soeur Mary-Bernard et Carlos riant aux éclats sur le canapé.
Soeur Mary-Bernard: - Je suis venue dire au revoir.
Gabrielle: - Oh Soeur Mary, vous allez vraiment nous manquer.

Mary-Bernard: - Oh, pas autant que votre mari va vous manquer j'en suis sure.
Gabrielle: - Hein?
Carlos: - Ne t'enerve pas. Je vais au Bostwana.
Carlos explique que Soeur Mary a besoin d'aide. Mary rajoute qu'elle se sent plus tranquille aux côtés d'un homme
Carlos: - ce voyage est important pour moi. Je veux faire partie des soldats de Dieu.
Mary: - Et vous en serez un merveilleux. Vous vous rendrez compte à quel point votre vie d'avant était égoiste. Et vous voudrez alors vous débarasser de tout ce qui vous la rappelle
Mary dit cette phrase en regardant Gabi droit dans les yeux. Carlos monte en haut, les laissant seules.
Gabrielle: - Je suis peut-être catholique, mais je n'aurais aucune gêne à frapper une nonne!

Mary : - Allez-y. Frappez assez fort pour laisser une trace..
Gabrielle ne fait rien.
Mary: - Ouais, c'est bien ce que je pensais.

Lynette travaille encore très tard le soir avec Ed sur une campagne, l'empêchant à nouveau de voir ses enfants. Ed lui explique que sa femme le laisse à peine porter leur enfant tellement elle est protectrice et qu'il en a assez qu'elle le tienne à l'écart de leur fille. Lynette y voit alors une opportunité de le manipuler, lui faisant comprendre qu'il est le père de Mindy, qu'il a autant de droits que Fran de passer du temps avec elle.
Lynette : - Sans une figure paternelle, Mindy risque de grandir et de devenir stripteaseuse.
Ed: - Allez-y, vous pouvez créer la crêche, et mettre Mindy sur la liste. Je m'occupe de Fran.

Le soir, Andrew est dans sa chambre en compagnie de Justin, jouant aux jeux vidéo. Andrew s'apprête à l'embrasser mais Justin a peur que sa mère les surprenne et lui demande d'attendre que tout le monde soit endormit.
Justin: - Je ferai en sorte que l'attente vaille le coup.
Andrew: - J'aimerais tant qu'elle nous surprenne... Rien que pour votre l'expression de son visage. Bon sang qu'est-ce que je la hais!
Justin: - C'est quand même ta mère!
Andrew: - L'an dernier, quand elle a apprit que j'aimais les mecs, elle m'a dit que si je changeais pas, j'irai droit en enfer à ma mort. J'ai préféré cesser de l'aimer en premier.
Justin: - Elle pensait pas ce qu'elle disait...
Andrew: - Si, et maintenant elle doit être punie. Un jour, elle fera quelque chose de mal. J'aurais quelque chose contre elle, et elle ne s'en relèvera jamais.

Le lendemain, Ed emmène Mindy au bureau. Il explique à Lynette qu'il a attendu que Fran soit sous la douche pour prendre Mindy et filer de la maison. Lynette est sous le choc. C'est alors que Fran débarque, folle de rage, au bureau. Ed confie Mindy à Lynette et lui demande de le laisser gérer ça. Ed et Fran se disputent. Fran pensait que sa fille avait été kidnappée, Ed veut que Mindy reste avec lui quelques heures par jour. Folle de rage, Fran menace de prendre le bébé, de divorcer et de prendre le premier avion pour Pittsburgh. Lynette s'enferme alors dans un bureau, aux murs de verre, avec Mindy dans ses bras et ferme a clef. Elle en profite pour régler cette histoire une fois pour toutes. Elle leur demande de se calmer pour le bien de leur enfant.
Pat: - Lynette, j'ai Tom sur la ligne 2.
Lynette: - Pat? Vous voyez pas que je retiens un enfant en otage?

Lynette explique à Ed que voler le bébé sans prévenir Fran était stupide et qu'il faut communiquer avec sa femme. Ensuite, elle dit à Fran qu'elle peut être une super mère tout en étant reposée. Que sa fille mérite une mère bien détendue. Fran et ed se réconcilient. Lynette a gagné sa crèche.

Betty s'est introduite dans le service psychiatrique de l'hôpital, et découvre Caleb recroquevillé sur lui dans un canapé. Betty s'est inscrite pour donner des leçons de piano aux patients.

Carol a suivi Susan jusqu'au supermarché où elle fait ses courses. Dans un rayon, elle se met à lui jeter à la figure tout ce qui se trouve dans son caddie.
Carol: - Un homme marié! Qu'est-ce qui va pas chez vous? Il me touche plus depuis 3 ans à cause de salopes comme vous!
Susan tente de lui échapper, mais Carol court avec son caddie continuant à lui jeter tout ce qu'elle trouve.
Susan: - Je le baise pas!! C'est mon père!!
Carol s'arrête net. Susan s'excuse et lui indique qu'Addison voulait pas lui dire. Carol comprend qu'Addison l'a trompé et que ses aventures extra-conjugales datent depuis le début.
Susan: - Je voulais faire de mal à personne. Juste connaître mon père.

Carol: - Faites attention chérie, il va vous briser le coeur.

Bree indique à Andrew qu'elle veut suivre une thérapie avec familiale avec Danielle et lui, mais il refuse. Bree souhaite qu'ils redeviennent une famille, comme avant.
Andrew: - Et moi ce que je veux, c'est planter un couteau et le plonger dans le coeur de George Williams. Je veux que le pharmacien paye pour ce qu'il a fait à mon père.
Bree: - La bonne nouvelle, c'est qu'il est mort.
Andrew: - Non, il s'est suicidé. Il a choisit sa mort. C'est pas la Justice.
Bree: - Tu veux dire que s'il avait été éxécuté, tu oublierais tout ça plus facilement?
Andrew: - Bien sûr.
C'est alors que Bree voit là l'opportunité de se rapprocher de son fils, en lui avouant la vérité sur ce qui s'est passé. Elle s'assoit et lui avoue tout.
Bree: - George ne voulait pas vraiment se suicider. Il tentait de me manipuler pour me récupérer. Il a avalé ces pilules pour essayer de m'attendrir. Il pensait que j'appellerais une ambulance. Quand je suis arrivée, il sombrait déjà. J'ai essayé de lui faire avouer sa responsabilité  pour ce qu'il avait fait. Mais il ne l'a pas fait.
Andrew: - T'as fait quoi?
Bree: - Rien. Je suis restée assise à le regarder mourir.
Andrew: - (souriant) Oh mon Dieu!
Bree: - Il n'a pas choisi sa mort, Andrew. Il a payé pour ce qu'il a fait à son père.
Andrew prend sa mère dans ses bras, la remerciant de lui dire tout ça, d'un sourire machiavélique.

Curt Monroe stationne devant l'hôpital psychiatrique et prépare une seringue. Il déambule dans les couloirs vêtu comme les infirmiers et avec un fauteuil roulant. Il trouve la chambre de "John Doe" (aux USA, on appelle John Doe toute personne amnésique qui ne sait plus comme elle se nomme) et s'y dirige. Mais la chambre est vide. Il entend alors le son d'un piano qui joue. Il se dirige vers une salle dans laquelle Betty donne un concerto pour les patients, dont Caleb. Juste derrière Caleb, se trouve Matthew qui tend sa veste à Caleb. Les deux frères profitent de l'attention des médecins sur Betty pour s'enfuir. Curt Monroe ne fait rien pour les en empêcher.

Paul se rend chez Mike pour lui annoncer que Zach est revenu et qu'il va bien. Paul lui demande de les laisser tranquille.
Mike: - J'ai longtemps cherché Zach et vous savez pourquoi.
Paul: - je vais etre plus clair. Si vous approchez de mon fils, j'appelle la police.
Mike: - Si vous faites ça, on plonge tous les deux.
Paul: - Vous savez que je suis capable de presque tout. Zach et moi nous déménageons. je veux nous offrir une nouvelle vie normale.
Mike: - Si je vois le moindre panneau "à vendre" devant chez vous, c'est moi qui appelle la police. je suis également capable de presque tout.

Gabrielle accompagne Carlos faire une visite médicale et des vaccins pour son départ en Afrique.
Gabrielle: - Soeur Mary te fait traverser le monde pour aider les pauvres alors qu'il y a des pauvres tout à fait respectables ici! Bon Dieu t'as qu'à filer un dollar à un clochard! Tu pourrais le faire confortablement assis dans ta voiture!
Carlos: - J'essaye d'être une personne meilleure. Tu peux m'aider ou dégager. Mais pas m'arrêter.
Alors qu'on l'appelle, Carlos jette la fiche à remplir à gabi et lui demande de la terminer pour lui. Elle le rend à l'infirmière mais Carlos a oublié de remplir la partie sur les allergies.

Gabrielle: - Qu'est-ce que ça peut faire s'il est allergique aux oeufs?
Infirmière: - Une réaction sévère avec le vaccin contre la fièvre jaune. Il pourrait plus se lever et encore moins quitter le pays!
Gabrielle: - Vraiment? N'écrivez pas ça. Je disais ça comme un exemple! Il est allergique aux oeufs de poisson. Passer toute une vie sans goûter le caviar, ça, c'est de la souffrance!
Gabrielle laisse alors le médecin faire le vaccin contre la fièvre jaune, bien décidée à employer tout moyen pour qu'il ne parte pas.

Plus tard, Carlos est cloué au lit, complètement malade, délirant. gabrielle est alors aux petits soins pour lui
Gabrielle: - Je veux que tu restes comme tu es: égoiste, insensible... parce que j'ai peur que si tu ne l'es plus, tu te rendes compte à quel point je le suis encore. Et tu ne voudras plus de moi.

Carlos: - Sers-moi.
Gabrielle le serre près d'elle.
Carlos: - Serre-moi. Soeur Mary...
Gabrielle est sous le choc.

Alors qu'il pleut sur Wisteria Lane (1ere fois qu'on voit la pluie dans la série), Susan efface le tag de Carol sur son garage avec de la peinture blanche. C'est alors qu'Addison vient à sa rencontre.
Addison: - Peindre sous la pluie, c'est une bonne idée?
Susan: - Soit je peins sous la pluie, sois je laisse tout le monde penser que je suis vraiment une pute.
Susan lui dit qu'elle le dégage de toute obligation d'etre son père. Addison indique ne pas être fier d'avoir trompé sa femme durant toutes ces années, mais qu'il est fier de trois choses: il a été pompier volontaire, il a monté une fondation pour protéger les chevaux sauvages.
Addison: - Maintenant que je te connais, j'ai une troisième chose dont je suis fière.
Addison lui indique ensuite qu'il doit recoller les morceaux de son mariage mais que lorsque tout sera réglé, il aimerait la revoir.

Mary-Alice: - " Ce sont des histoires vieilles comme le monde. Le retour du fils prodigue auprès du père qui pardonne (image de Zach jouant de la guitare sous les yeux de Paul). La femme jalouse qui force la confiance de son mari (Gabrielle prend soin de Carlos malade par sa faute). La mère desespérée qui risque tout pour l'enfant qui a besoin d'elle (Betty met une couverture sur Caleb, de retour à la maison). Et le mari infidèle qui blesse la femme qui l'aime si profondément (image d'Addison et de Carol qui échangent un regard furtif). Pourquoi écoutons-nous encore et encore? Parce que ce sont des histoires de familles. (Bree est en train de s'occuper de ses fleurs sous le regard d'Andrew). Et quand nous regardons au-delà du combat, de la douleur et de la haine, nous nous rappelons alors qu'il n'y a rien de plus important. "



Résumé complet entièrement écrit par le webmaster du site. Ne pas copier sans autorisation.
Copyright 2005-2006 - Desperate-Housewives.vip7.com - Tous Droits Réservés